174 ans ! Ça en fait une histoire...

Un peu d'histoire...   La nôtre et celle d'un drapeau.

 

La Vogésia de Metzeral, une des plus anciennes chorales d'Alsace

Metzeral a le privilège de compter dans ses murs l'une des plus anciennes chorales d'Alsace. Fondée en 1850, la Vogésia ne cesse d'œuvrer au service de l'art vocal qui compte encore un grand nombre d'adeptes dans la région. Malheureusement, les archives de la société, datant d'avant la première guerre mondiale, ont été anéanties lors de la destruction de la commune. Seules les archives de l'Association des chorales d'Alsace attestent encore qu'en 1850, une poignée de Metzeralois se sont unis pour fonder la chorale sous le nom de "Chœurs d'hommes chorale" jusqu'en 1878 où elle prend le nom de "Vogésia".

L'activité de cette société a certainement été à son apogée en 1913, lorsque son président, le poète de la vallée de Munster, Hans Karl Abel, fonda le théâtre de plein air du Wolfsgassla, à la sortie de Metzeral vers Mittlach. Il remporta un grand succès en août 1913, lorsqu'un grand nombre de Metzeralois participèrent à la présentation de la tragédie de Monsieur Abel: "Die silbernen Glocken vom Ilienkopf". Des centaines de personnes venues de tout le Haut-Rhin assistèrent au spectacle. La pièce connut un tel succès qu'une seconde représentation fut donnée au Hoftheater de Stuttgart.

Prendre le train jusqu'en Allemagne, quel évenement pour les habitants de Metzeral !

Hélas, la première guerre mondiale a mis fin à toute activité de la chorale. Ce n'est qu'en 1922 que la Vogésia a tenu sa première assemblée générale. Le premier président fut Auguste Wessang, le poste de direction étant occupé par Marcel Schmitt, le président d'honneur était  Jacques Immer le maire du village.

La chorale évolua rapidement et connut de nombreuses activités, entre autres, le théâtre. Il faut remarquer que les dommages de guerre du théâtre en plein air ont permis l'acquisition d'un piano encore présent dans notre salle de répétition à ce jour.

La seconde guerre mondiale vit interrompre une nouvelle fois l'essor de la chorale.

Dès la fin des hostilités, les choristes se retrouvent sous la présidence de Charles Gross et la direction de Primo Castellani. Le président d'honneur était Martin Gaebele, maire de Metzeral. En 1952 la direction de la chorale est assurée par Jean Spenlé pour près d'un demi siècle ! Sa compétence et son dévouement  ont contribué à la qualité des choeurs présentés. Actuellement la chorale est sous la direction de Jean-Claude Werey et Daniel Zingle.

La chorale "Vogésia 1850" organise des concerts et participe à de nombreuses manifestations organisées dans la région.Elle a en son sein un groupe de joyeux musiciens et une section théâtrale qui apportent une ambiance décontractée et festive aux prestations. Le répertoire est riche et varié. Il comprend des choeurs classiques et modernes, interprétés en français, en allemand et en alsacien, entre autres des chansons du folklore qui contribuent à la préservation des arts et traditions populaires de la vallée de Munster.

Jean-Marc Gaebele

 

L'extrordinaire sauvetage de notre drapeau

En 1942, au cours de la dernière guerre mondiale, l'occupant décida par ordonnance que tous les drapeaux comportant des inscriptions françaises devaient être détruits. Notre drapeau, qui avait été inauguré le 2 mai 1926, ne pouvait échapper à la destruction par incinération.

Quant M. Charles Gross, président en exercice et sellier de son métier apprit la nouvelle, il n'hésita pas à mobiliser quelques membres de confiance. Il se rendirent à la salle des répétitions, décrochèrent le drapeau pour le cacher, enveloppé dans des journaux sous des chutes de cuir dans l'atelier du président où il resta caché jusqu'à la fin de la guerre.

Le maire de l'époque, Max Friedlein devait attester que le drapeau avait été détruit.

Pour donner plus de crédibilité à toute cette affaire, quelques choristes brûlèrent deux sacs de jute dans la cour du restaurant "A la Vigne" en les arrosant de pétrole.

Le maire, lorsqu'il vit les cendres, s'exprima en souriant : "C'est curieux, toutes les franges ont brûlé !"

Malgré son doute, il signa l'attestation de destruction du drapeau.

Par ce comportement héroïque, et l'initiative heureuse de nos anciens, le magnifique drapeau a été sauvé de la destruction.

Il restera toujours en notre possession en honneur et fidélité envers nos prédécesseurs.

Jean Gaebele

 

Date de dernière mise à jour : 2024-05-23 12:07:10

×